Du bonheur d'être morphinomane: Émotions en tout genre

Du bonheur d'être morphinomane de Hans Fallada Folio Blog littéraire Coin des licornes Toulouse

Il y a déjà quelque temps nous avons reçu la sélection de Folio pour le mois de septembre, après un temps d'hésitation j'ai fait le choix de prendre "Du bonheur d'être morphinomane" de Hans Fallada. Tout d'abord car c'était un recueil de nouvelles et qu'ayant repris les cours je trouvais que c'était plus simple à suivre si je devais interrompre ma lecture pendant quelques jours et ensuite car le résumé m'avait semblé cacher un livre aux touches d'humour bien marquées.

       Dans ces nouvelles, Hans Fallada met en scène le quotidien d'un morphinomane. Un alcoolique cherche à se faire emprisonner pour arriver enfin à se désintoxiquer. Une paysanne au mari jaloux perd son alliance pendant la récolte des pommes de terre. Un cambrioleur rêve de retourner en prison où la vie est, finalement, si tranquille. Un mendiant vend sa salive porte-bonheur. Fallada nous offre une plongée passionnante dans son époque, qui tend un miroir singulier à la nôtre.



Dans ce livre, chaque nouvelle appartient à un thème qui traite de différents sujets de société : les addictions, la vie de couple, la vie à la campagne... Hans Fallada nous offre une vision multiple de la société allemande au 20ème siècle.

Et me voilà plongée dans la première nouvelle qui nous raconte le quotidien d'un morphinomane. Ma première réaction a été ''Mais dans quoi je me suis embarquée'', ce récit m'a mise mal à l'aise du début à la fin, j'avais l'impression de faire intrusion dans les pensées et la vie de ce morphinomane. Je ne comprenais pas comment un homme pouvait s'infliger ça et être prêt à tout pour obtenir sa dose.

Puis vient la deuxième nouvelle qui s'avère être le récit des années qu'Hans Fallada a lui-même passées en prison afin de se désintoxiquer de l'alcool. Le récit qu'il nous fait de sa vie en prison est parfois dur. Les prisonniers sont mal traités et même plus considérés comme de véritables personnes ce qui a suscité mon indignation. Et surtout je me suis dit qu'il faut vraiment du courage pour se désintoxiquer en utilisant une méthode aussi radicale. A la fin de cette nouvellej'ai compris que ce livre n'allait pas être aussi drôle que ce que j'avais pensé en lisant le résumé.

Il n'empêche que c'est une lecture que j'ai appréciée car elle m'a fait sortir de mes sentiers battus. Etant une adepte des romans fantastiques, vous pouvez comprendre que ce n'est pas un livre que j'aurais choisi de moi-même en magasin. Mais grâce à ce partenariat avec Folio, j'ai l'opportunité d'élargir mes horizons littéraires et c'est toujours avec un grand plaisir que je le fais.



Mes petites préférées:

– Je cherche mon père :
Dans cette nouvelle, nous suivons un petit garçon qui décide de retourner vivre chez son père car sa mère ne s'occupe pas bien de lui. Tout au long de notre lecture, nous suivons le récit qu'il fait au juge à propos d'un vol de bicyclette. Le récit est très bien rythmé, ponctué de ''Monsieur le Juge'' qui nous restent en tête longtemps après notre lecture. Tout au long du récit, on découvre le quotidien d'un enfant qui survit comme il peut dans une vie loin d'être tendre et du début à la fin on se demande s'il a vraiment volé cette fameuse bicyclette.

 Cinquante marks et puis joyeuses fête de Noël :
Ici, nous suivons la vie d'un couple qui passe son temps à faire des économies mais au final, ils se rendent compte qu'ils ne peuvent jamais se faire plaisir car tout leur argent passe dans les dépenses du quotidien. Jusqu'au jour où la femme décide de faire une cagnotte de Noël afin qu'ils puissent se faire des cadeaux et donc plaisir. J'ai trouvé cette nouvelle remplie de tendresse et de douceur -ce qui fait un sacré contraste avec la majeure partie du livre- et c'est donc tout naturellement qu'elle vient se placer au rang de coup de cœur.

– De la longueur de la passion :
Vous l'aurez sans doute compris que cette nouvelle porte sur l'amour. Qui dit passion, dit attirance, dit couple, dit... bon bref vous avez compris. Une jeune fille de bonne famille qui s'éprend du ''gratte-papier'' de son père. Une relation qui sera bien évidemment mal vue si elle se découvre. Et c'est ça que j'adore ! Avec un joli retournement de situation vers le milieu et une belle leçon sur la fin.

– L'alliance :
Celle-là m'a mis une bonne claque. Après avoir lu cette histoire, j'ai laissé ce livre de côté pendant 2 jours tant j'ai été perturbée (il est vrai qu'un rien me choque je le reconnais). C'est l'histoire d'une paysanne dont le mari est extrêmement jaloux. Un jour, elle perd son alliance pendant la récolte des patates et fait tout pour le dissimuler à son mari par crainte de ce qu'il serait capable de faire s'il venait à le découvrir. Dans cette nouvelle, on découvre le côté sombre que chaque personne peut avoir en elle et jusqu'où elles sont prêtes à aller pour s'offrir quelques minutes de divertissement sans s'interroger sur les conséquences possibles. La fin m'a tout simplement laissée sur les fessiers, n'ayons pas peur de le dire tout en restant polie. Tout d'abord car je m'attendais à quelque chose de drôle; reconnaissez que perdre son alliance dans des patates peut donner à imaginer des scènes comiques face au mari jaloux. Et bien loupé pour moi, c'est sûrement pour ça que j'ai été perturbée par ce final inattendu.



Vous l'aurez sans doute compris, Du bonheur d'être morphinomane est une lecture que j'ai énormément appréciée et que je vous conseille. Pas forcément en lisant toutes les nouvelles mais juste celles qui vous attirent le plus. Ce livre mérite d'être connu car il nous confronte à la réalité de la vie au 20ème siècle en Allemagne qui était loin d'être rose. Il nous fait prendre conscience de la chance que l'on a et que finalement, on n'est pas si mal loti. Si je devais attribuer une note, ce serait un joli 4/5 (et non pas de 5 car une des nouvelles m'a valu une belle gifle dont je me serais passée volontiers!)




0 commentaires