Tortues à l'infini de John Green

Bonjour bonjour ! 


C'est Vanessa qui vous parle. Je reviens avec un roman que tout le monde s'arrache en ce moment, le petit dernier de John Green : Tortues à l'infini. Encore un grand merci à Cultura pour cet envoi, je mourrais d'envie de le lire. Allez je vous donne mon avis !

Tortues à l'infini John Green avis roman auteur de nos étoiles contraires Coin des licornes Blog lifestyle Toulouse



Aza, seize ans, n'avait pas l'intention de tenter de résoudre l'énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l'enquête. Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett : Davis. Aza essaye d'être une bonne détective, une bonne amie, une bonne fille pour sa mère, une bonne élève, tout en étant prise dans la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles.



Tout d'abord, je commencerai par vous dire que ce résumé ne reflète pas du tout l'esprit de ce roman. Le personnage d'Aza est fascinant. Profondément torturée, elle est obsédée par les bactéries qui évoluent dans son corps. Lorsque ce type d'idées envahit son esprit, impossible de penser à autre chose, elle est seule au monde. Et elle n'a aucun contrôle sur ça. A tel point qu'elle a l'impression d'être une simple marionnette dans son corps. Un personnage de fiction. J'ai aimé cette sorte de mise en abyme. Je vais m'arrêter là sur la psyché de ce personnage. C'est beaucoup plus intéressant de la découvrir au fur et à mesure. Au début, je me suis dit : "Oh juste un autre hypocondriaque !" On a pris l'habitude d'en rigoler. Mais ce type de maladie est beaucoup plus profond et on ne peut pas vraiment la comprendre vu de l'extérieur. J'ai été impressionnée de voir à quel point le roman transmet parfaitement ce mal-être.

L'intrigue est assez intéressante mais passe un peu en second plan finalement. Les filles partent à la recherche du fameux Russell Pickett et retrouvent Davis, son fils et leur ami d'enfance. J'ai aimé ce personnage, solitaire et en manque d'amour mais étrangement je ne me suis pas spécialement attachée à lui.

Finissons avec le style de l'auteur. Je n'avais pas lu de romans de John Green à part Nos étoiles contraires. Je n'ai pas de point de comparaison, je ne peux pas vous dire s'il est mieux, pire ou aussi bien que ses autres romans. Mais je peux vous dire que j'ai adoré sa plume. On m'avait dit que le déroulé de l'histoire était souvent lent, l'écriture un peu lourde. Mais c'est ce que je préfère, les fabulations de l'auteur, ses réflexions sur la vie... Le titre est par ailleurs magnifiquement bien trouvé. J'adore ce genre de roman où on trouve le lien au fil de notre lecture. Pour le coup, c'est un gros coup de cœur sur l'auteur. J'y ai vraiment trouvé des petites perles !




En bref...
C'est un roman qui m'a vraiment marqué. J'ai pleuré plus d'une fois pendant ma lecture. Après l'avoir refermé, je suis restée complètement démunie et il fallut un bon bout de temps avant que j'arrête d'y penser. C'est un roman assez dérangeant mais un très bon roman, je vous le conseille vraiment.

A bientôt pour une nouvelle chronique livresque. 📖

Vanessa. 🌸 Coin des licornes Blog lifestyle Toulouse


Pssst avant de vous quitter, sachez qu'on vous prépare une grosse surprise en lien avec cet auteur sur notre compte Instagram dans les semaines qui viennent ! 😉


Tortues à l'infini de John Green
Disponible chez Cultura (21€) en cliquant juste ici

0 commentaires